Jean Dieuzaide retrouvera « son » Château d’eau en 2018

Chateau d'eau

C’est l’épilogue d’un long feuilleton qui aura duré dix ans. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR), annonce que la ville va « aménager » la galerie municipale du Château d’eau et ses abords pour y installer la collection de Jean Dieuzaide. Ce retour aux sources est une demi-surprise. La ville pensait initialement ouvrir ces archives au public dans l’ancien conservatoire occitan, à quelques centaines de mètres de là. Mais le bâtiment a finalement servi pour installer le nouveau centre de supervision des caméras de vidéosurveillance de la ville.
La petite tour de briques qui s’élève au bout du pont Neuf a été transformée en espace d’exposition dédié à la photographie en 1974 par Jean Dieuzaide. Mais les archives personnelles du photographe, décédé en 2003, restaient stockés à son domicile et dans l’atelier attenant, aménagé dans un pavillon d’un quartier résidentiel de la ville. Elles contiennent les centaines de milliers de photographies prises durant sa carrière ainsi que les tirages offerts par les plus grands photographes, français ou étrangers. Dès 2008, alors que la ville de Toulouse était candidate au titre de capitale européenne de la culture, M Moudenc faisait voter par le conseil municipal le principe d’un lieu entièrement dédié à la mémoire de son illustre photographe. Il est resté dans les cartons de la nouvelle municipalité socialiste.

La famille Dieuzaide consent un rabais

« Le projet est resté en jachère pour des raisons inavouables », élude Michel Dieuzaide. Le fils du photographe, qui avait brièvement succédé à son père à la tête du Château d’Eau avant d’en être écarté, ne souhaite pas polémiquer. Sa mère, Jacqueline, est plus prolixe. A 91 ans, bon pied, bon oeil, la veuve du photographe explique qu’elle ne souhaitait à aucun prix laisser les documents sur lesquelles elle veille jalousement depuis toujours entre les mains du directeur des archives municipales. François Bordes a finalement été nommé à Paris par le ministère de la Culture en mars dernier. Les négatifs de Jean Dieuzaide pourront donc rejoindre l’ancienne usine de pompage de Périole qui abrite les archives de la ville, alors que les tirages seront exposés au Château d’eau.
Les livres de la bibliothèque du photographe devraient également rejoindre le petit centre de documentation inauguré sous une arche du pont Neuf par Jean Dieuzaide lui-même. L’extension annoncée devrait concerner les deux arches voisines, selon les explications sommaires de Francis Grass. L’adjoint à la Culture n’a livré aucun chiffre sur le projet, se contentant d’évoquer une ouverture « à l’horizon 2018 ». La famille Dieuzaide a consenti un rabais à la municipalité Moudenc. Alors qu’elle réclamait 600.000 euros, soit 10% du prix de la collection estimée à plus de 6 millions d’euros par des experts, l’accord notarié qui sera soumis au prochain conseil municipal ne porte plus que sur la somme de 450.000 euros.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s