Les vertes critiques de la droite contre la présidente sortante de l’université de Toulouse

Barthet

Ses oreilles ont dû siffler à la tribune de Toulouse Métropole. La présidente de l’Université de Toulouse, qui quitte son poste demain, a été saluée à sa manière par Jean-Luc Moudenc. Sans la nommer, le maire (LR) de Toulouse a imputé à Marie France Barthet le retrait de l’Idex, présenté comme  » la sanction d’une certaine gouvernance « . Son adjoint aux finances, Sacha Briand, enfonce le clou en pointant  » la conservation des petites tribus universitaires « .
Ces critiques, même si elles évitent de cibler une seule personne, vont dans le même sens que les élus de l’opposition au conseil régional. Dans un communiqué publié le 11 mai dernier, le groupe des élus de la droite et du centre mettait directement en cause la présidente de l’université fédérale. Mme Barthet, qui dirigeait le regroupement des universités et des grandes écoles de Toulouse depuis quatre ans, a été élue au conseil régional sur la liste EELV. Son remplaçant  doit être élu ce vendredi 1er juillet. Aucun suspens, puisqu’un seul candidat est en lice : Philippe Raimbault, directeur sortant de Sciences Po Toulouse. Il disposera finalement d’un délai de 18 mois pour tenter de récupérer les 25 millions annuels de l’Idex.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s