Toulouse, entre courses de Noël et lacrymos

GJ canon à eau
Ambiance surréaliste au centre de Toulouse, samedi après-midi. Alors que quelques milliers (4.500 selon la police) de manifestants défilaient sur les boulevards, d’autres déambulaient au centre ville pour effectuer leurs courses de Noël. Derrière la cathédrale, deux véhicules blindés de la gendarmerie interdisaient l’accès du centre historique aux manifestants. Le nouveau préfet, Etienne Guyot, a sorti les grands moyens pour éviter les scènes de guérillas urbaines qui ont émaillé les deux précédentes manifestations. Les Gilets Jaunes, vaguement encadrés par des militants de la France Insoumise et du NPA qui ont bien du mal à régler la cadence, commencent à défiler au pas de charge derrière une banderole « Macron démission » vers 14h. Le cortège part à la rencontre des drapeaux rouges de la CGT, qui tente elle aussi de canaliser les manifestations, et a pris le soin de déposer un parcours en bonne et due forme à la préfecture.

GJ démission

Mais la manifestation pacifique n’aura guère duré plus d’une heure. Dès 15h15, les premières grenades lacrymogènes dispersent le cortège. Elles sont la réponse immédiate aux jets de peinture et d’un fumigène orange lancés sur les blindés. Les rares Gilets Jaunes qui tentent de s’interposer face aux jeunes venus visiblement en découdre avec les forces de l’ordre sont très rapidement débordés. Les canons à eau entrent en action pour éloigner les derniers manifestants qui tentent de rester devant le monument aux morts. On n’avait pas vu ces engins dans les rues de Toulouse depuis les manifestations violentes qui avaient suivi la mort de Rémi Fraisse sur le chantier du barrage de Sivens (Tarn), en 2014. La plupart des manifestants s’éparpillent dans les petites rues du quartier Saint-Aubin en direction du canal du midi. D’autres en profitent pour jouer au chat et la souris avec les forces de l’ordre, aux cris de « tout le monde déteste la police ». L’hélicoptère de la gendarmerie survole le quartier en vrombissant à basse altitude. Une voiture est renversée au débouché de la rue Gabriel Péri, les foyers d’incendies se multiplient. Les casseurs, qui ont revêtu des gilets jaunes pour se fondre dans la foule, privilégient les nombreux chantiers parsemant la ville pour tenter de former des barricades, sur les futures ramblas des allées Jean Jaurès ou la place Saint-Sernin.

GJ flics slogan

Incrédules, les badauds venus faire leurs courses suivent l’impressionnant déploiement des forces de l’ordre. Trois jeunes filles, lestées de sacs Primark, s’arrêtent pour faire des selfies. L’enseigne de textile low-cost, qui vient d’aménager dans l’ancien grand magasin art-déco des Galeries Lafayettes, avait été la cible durant la semaine d’une action commando pacifique menée par d’anciens activistes de Nuit Debout reconvertis en Gilets Jaunes. Cette fois, l’entrée principale est condamnée. Des vigiles filtrent la seule porte dérobée restée ouverte, fouillant systématiquement les client(e)s. D’autres boutiques préfèrent prudemment descendre leurs rideaux de fer.

GJ Capitole

Profitant de la confusion, un petit groupe de manifestants a réussi à rejoindre la place du Capitole. Courte altercation quand des projectiles sont lancés sur les policiers casqués qui ripostent avec des lacrymogènes. Le marché de Noël est fermé, les cafés de la place ont replié leurs terrasses. La pluie commence à tomber avec la nuit, dispersant les derniers manifestants les plus virulents de l’autre coté de la Garonne. On peut encore croiser quelques gilets jaunes égarés qui se mêlent aux clients des boutiques et des cafés à l’heure de l’apéritif. Sur les boulevards désertés par les voitures, les gyrophares des fourgons de CRS font comme un renfort de lumières de Noël à chaque carrefour.

GJ boulevard nuit

La journée s’est traduite par 26 interpellations, selon un premier bilan de la préfecture établi en début de soirée.

Publicités

A Gaillac avec des Gilets Jaunes anti-Macron

Gaillac photo remake

Samedi midi, comme sur tous les ronds-points occupés du Tarn, les Gilets Jaunes de Gaillac ont rejoué la scène de l’interpellation collective de 151 lycéens à Mantes-la-Jolie, à genoux et mains sur la tête. La vidéo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a choqué. Un collectif a demandé à la quinzaine de ronds-points du département tenus par les Gilets Jaunes de se livrer à un « remake », à midi et à 15h, pour condamner « la violence des images ».

Gaillac Jaune

Surveillés par des gendarmes, aussi présents que discrets, les Gilets Jaunes se contentent de filtrer la circulation sur deux ronds-points stratégiques de la Gaillac : celui de la bretelle d’autoroute de l’A68 (Toulouse-Albi), où le conseil départemental a aménagé une aire de co-voiturage, et celui du Leclerc qui commande l’entrée et la sortie de la principale zone commerciale de la ville. Mais pas de blocage pur et dur des camions et des voitures. Dès les premiers jours d’occupation, une réunion avec le maire à laquelle assistait également le propriétaire du supermarché a fixé les règles du jeu : manifester d’accord, mais pas question d’interdire l’accès aux commerces. Ni au Festival des Lanternes, qui attire des milliers de visiteurs le soir à Gaillac. Au rond-point du Leclerc, des animaux-lampions en papier fabriqués par des ouvriers chinois voisinent avec les banderoles anti-Macron des Gilets Jaunes.

 » Les élus viennent comme des mouches « 

Le maire (DVD) de Gaillac s’est rendu samedi sur le barrage à l’entrée de la ville. « Les élus commencent tous à venir comme des mouches » ironise Michel, 63 ans. Ce pilier des Gilets Jaunes locaux est présent quotidiennement depuis le 17 novembre sur le rond-point du Leclerc, où une cabane a été érigée avec des palettes, du plastique et des roseaux. La veille, c’est la député Marie-Christine Verdier-Jouclas (LRM) qui est passée pour proposer une réunion de circonscription. Les Gilets Jaunes de Gaillac, qui se sont déjà rendus la semaine dernière à une première réunion de la député pour lui signifier leur mécontentement, ont décliné l’invitation. Mais ils ont accepté de rencontrer l’ensemble des maires de la communauté d’agglomération qui s’étend de Gaillac à Graulhet, lundi à 20h. « Ce ne sera pas un débat, on ira juste pour leur faire part de nos revendications » précise Michel, qui a pris soin de consigner toutes les doléances des manifestants sur un cahier. « Il y a des idées très intéressantes », assure-t-il.

des électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon

Parmi la cinquantaine de Gilets Jaunes qui se relaient au rond-point du Leclerc se trouvent, sans se retrouver, Bernard et Thierry, deux anciens ouvriers de l’usine Alphacan de menuiseries en PVC à Gaillac. La principale industrie de la ville a subi un sévère plan social. Bernard, 72 ans, est parti à la retraite depuis un moment déjà. Thierry, 53 ans, est parti travailler du côté de Grenoble. Il fait régulièrement l’aller-retour pour retrouver son épouse, enseignante, à Gaillac. Bernard n’a pas de problème à dire qu’il vote FN. Thierry, lui, n’a pas pu. Il milite à La France Insoumise. Après l’élimination de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, il raconte qu’il a été tenté de voter pour Marine Le Pen afin de ne pas offrir un plébiscite à Emmanuel Macron. « En 2002, la gauche avait appelé à faire barrage au FN mais Chirac s’est foutu de notre gueule », dit-il en guise d’explication.

Gaillac Alphacan
A quelques centaines de mètres du rond-point de la zone commerciale, la ville de Gaillac a racheté les 9 hectares de l’usine Alphacan pour 2 millions d’euros

« Les étiquettes politiques ne ressortent pas sur les barrages », affirme Richard, un motard de 35 ans rencontré sur le deuxième rond-point de l’autoroute A68. « Si ça ressort, je me casse », approuve Dominique, 53 ans, qui ne vote plus depuis longtemps. Le jeune motard a voté Mélenchon mais se dit « déçu des partis politiques ». Il aimerait que le vote blanc qu’il a glissé dans l’urne au deuxième tour de l’élection présidentielle soit reconnu, et non pas confondu avec les bulletins nuls ou les abstentionnistes. « Les politiques et les syndicalistes sont tous des menteurs et des tricheurs », abonde Dominique.

À Gaillac, beaucoup de Gilets Jaunes se déclarent adeptes de la démocratie directe. L’idée d’un référendum agite les discussions. La dissolution de l’Assemblée nationale et de la « majorité Playmobile » de La République en marche est largement plébiscitée. Emmanuel Macron est le plus petit commun dénominateur de leur colère, largement exprimée sur les banderoles qui décorent les ronds-points. « Il ne nous représente pas », affirme Thierry, heureux de retrouver sur les barrages « des gens qu’on ne voit jamais ».

Marie accordéon.jpg

Marie, 54 ans, agent de service au lycée Rascol d’Albi, est l’une de ces « invisibles » qui fait régulièrement des apparitions sur le rond-point du Leclerc. Tous les jours de la semaine, elle prend sa voiture entre Gaillac et la préfecture (25 kms). Mais elle ne se plaint pas. « Avant, je travaillais à Montauban » (50 km).  Son emploi est à temps partiel, tous les matins, ce qui lui laisse les après-midis pour s’occuper de sa mère. Elle gagne 1.100 €/mois. Marie est venue sur le rond-point avec son accordéon, acheté il y a à peine plus d’un an. Elle est très fière d’expliquer qu’elle a appris la musique seule. « On allait danser au bal musette avec ma mère » raconte Marie, qui a pris son instrument pour apporter un peu d’animation aux Gilets Jaunes. Sa mère l’a accompagnée. Sans gilet.